AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 an urgent hunger - jo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel Ayling

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 210
∘ dollars : 360

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: free (kate, jo, even, aaron, tc, saga)
∘ languages: fr/en - fr

MessageSujet: an urgent hunger - jo   Dim 24 Sep - 0:57


an urgent hunger.

Allongé sur son lit, Sam il se laisse rêvasser. Les bras sous la tête, il admire le plafond comme s'il était devenu l'une des merveilles du monde. Il s'imagine un autre univers. Il se pose des questions pas vraiment existentielles mais qui le font rire. D'ailleurs, ce foutu rictus ne quitte pas ses lippes. Jamais. Comme s'il était devenu l'un de ses meilleurs amis. Et quand son portable sonne, le nom de Jo Calloway s'affichant, Sam il sent son myocarde s'emporter. S'il y a bien une personne capable de le mettre dans tous ses états en quelques secondes, c'est bien elle. Sa reine de coeur. « Hi sweetie, what's up ? » Mais son visage tombe. Son sourire s'efface. Jo, elle a du mal à articuler. Ses paroles sont mâchées mais Sam comprend qu'il y a une urgence. Elle est mal. Aucune autre explication, il doit faire avec. Et il n'attend pas. Il se lève rapidement comme si sa vie en dépendait. C'est peut être le cas. Parce que Jo, c'est son univers. Jo, c'est son âme soeur. Alors il attrape en vol les clefs de son appartement. Depuis sa grossesse, Sam les possède. Il ne les lui a jamais rendu parce qu'au final, ils se sont habitués tous les deux. Un peu trop d'ailleurs...

En quelques minutes, Sam grimpe les escaliers. Deux par deux, de grandes enjambées. Depuis son appel, tous les scénarios se cognent dans sa tête. Il s'imagine le pire avec elle. Jo, elle est particulière. Tout peut arriver et c'est justement ça le problème. La preuve, elle a déjà été enceinte pour un autre couple. La suite ? Sam, il veut pas y penser. Il insère les clefs pour ouvrir la porte et se précipite vers la chambre de la jeune Calloway. Sans frapper, sans gêne, il entre d'une façon brutale, craignant la vision qui va s'offrir à lui. Mais lorsqu'il la voit, affalée sur son lit, l'air s'extirpant de ses poumons, Sam lâche un énorme soupire. « you could have given me more explanations Jo !» Et il s'approche le Ayling. Doucement, une expression rassurée sur son minois. « What ? You're suffering from hypoglycaemic depression ? » Sam, il est fière de sa blague. Parce qu'au fond, il connait par coeur l'énergumène qui se trouve à coté. Jo, quand elle a faim, le monde s'arrête de tourner. La 3ème guerre mondiale est prête à être déclarée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Calloway

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 260
∘ dollars : 504

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: (ryke, daphne, cole, kate, sam, tc, daël&hendrix, aaron&halie)
∘ languages: french // english.

MessageSujet: Re: an urgent hunger - jo   Dim 24 Sep - 1:31


an urgent hunger
le numéro ne met pas bien longtemps à être tapé, les doigts cherchant la combinaison bien avant que ses yeux ne caressent les courbes délicates des chiffres. tout ça parce que la môme l'a mémorisé, le numéro du prince charmant. elle ne sait pas grand-chose, jo, mais elle connaît au moins cela: il y a le numéro du vendeur de pizza et celui de sam, les deux êtres les plus chers à son coeur, gravés dans sa mémoire sous la forme d'une formule magique qu'il suffit d'appeler pour les faire venir à elle.

elle se doute que sam pourrait être sorti, en train de dormir ou avec une fille, même si la dernière solution lui serre le coeur tout autant qu'elle peine à y croire. non pas qu'elle sous-estime le charme de samuel mais il y a des choses qui ne trompent pas. et ses airs encore un peu sombres quand l'ex-fiancée est mentionnée suffisent à lui rappeler qu'il a toujours le coeur ailleurs, enserré dans une cage qu'il ne peut échapper. cela élimine donc une des trois possibilités. quant aux deux autres, la môme mise sur sa chance légendaire. elle prie pour que sam abandonne tout et la rejoigne, chose qui n'est pas spécialement étrange avec eux. combien de fois a-t-elle faussé compagnie à ses amies pour rejoindre le garçon? s'il dort, elle estime que sa sonnerie suffira à le réveiller. et si ce n'est pas le cas, alors elle appellera le vendeur de pizza, son deuxième choix.

un bip et la voix de sam à l'autre bout, le son qui lui arrache un joli sourire jusqu'à ce que son estomac ne gronde fortement. sourcils froncés, un soupir tremblant, suivi d'un "ugh" très éloquent. affalée dans son lit, la jolie jo, en étoile de mer, le téléphone à l'oreille, incapable de trouver les mots. "i need you." et ça sonne bien, ça sonne vrai: elle a la voix un peu grave du manque de sommeil, la gorge sèche d'une journée à ne pas boire de l'eau, les mots fatigués et lents qui trébuchent sur sa langue. pendant une seconde, elle-même parvient à croire à cette agonie soudaine qui semble l'accabler. "right now." et avec cela, elle raccroche.

compte tenu de la situation, il faut relativement peu de temps à sam pour faire le voyage: elle peut l'entendre tourner la clé dans la serrure, se frayer un passage au milieu de l'appartement avant d'atteindre la chambre. aucune hésitation n'a lieu quand il ouvre la porte pour la trouver délicatement étalée sur son lit double aux draps décorés d'abeilles. "i said i needed you, sammy. and i do." elle l'annonce, voix brutalement honnête tout en prenant le temps de s'étendre encore plus, s'étirer et se retourner jusqu'à retrouver une position semii-confortable qui lui permet de jauger le garçon avec des yeux sombres. "you think you're funny." ça, elle le marmonne d'une petite voix avant de lui lancer un coussin qui n'atteindra jamais sa cible. désespérée, le bras retombe mollement sur le matelas suivi d'un soupir consterné. "can we eat pizza in bed and watch the powerpuff girls? pleaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaase. i've had the worst day ever."

_________________
DANGER: mouth operates faster than brain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Ayling

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 210
∘ dollars : 360

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: free (kate, jo, even, aaron, tc, saga)
∘ languages: fr/en - fr

MessageSujet: Re: an urgent hunger - jo   Dim 24 Sep - 6:04


an urgent hunger.

Sam, il a eu raison de rester chez lui ce soir. Il n'avait pas vraiment goût à sortir. Ces derniers temps, il est assez casanier. Et s'il n'est pas chez lui, il est certainement avec Jo ou sa famille. Une baisse de moral pointe le bout de son nez et Samuel, il sait pourquoi. Un mois de plus à ajouter depuis sa séparation avec son ex-fiancée. Une étape difficile qu'il tente de surmonter comme il peut. Parce qu'il pourrait l'oublier, Sam. Après tout, il a son charme. Il ne laisse pas indifférent. Mais lui, il n'y prête plus aucune attention. Comme si son détecteur de drague, son sentiment d'amour venait d'être brisé. Et il a commencé à ruminer. Tenter d'échapper à ses propres pensées sombres et douloureuses. Il s'est mis à inventer un univers, à plaquer son regard sur un endroit déterminé. Son plafond blanc. Parfait pour s'imaginer des scénarios vivants. Et Sam, il a l'esprit très imaginatif. Il aurait pu créer sa propre BD mais ses états d'âmes auraient pris le dessus. Pas vraiment compatibles. Mais heureusement Jo est là. Heureusement Jo l'oblige à se focaliser sur autre chose : son urgence.

Sam, s'il avait pu voler pour aller chez elle, il l'aurait fait. Arriver le plus rapidement possible pour comprendre ce qui se trame. Et quand il se retrouve sur place, la dose d'adrénaline qui venait de capturer son corps redescend immédiatement. Samuel vient de connaitre un ascenseur émotif. Jo mal provoquant l'urgence vs Jo affalée morte de faim. Alors Sam, il lâche doucement prise. Il laisse ses muscles se décontracter. Il a eu peur le jeune homme. Réellement. « yes but with your voice I thought there was an emergency.» qu'il dit avec une voix devenue tout à coup calme. Il est rassuré Sam. Davantage quand il voit sa meilleure amie s'étendre de tout son long sur son lit tel un petit chat venant de se réveiller. « I'm funny and you like it ! » Sam, il regarde le coussin attérir à quelques centimètres de lui. Jo n'est véritablement pas une experte en tir, ça c'est sur. « Try again princess..» Il se rapproche de la mignonne et s'assoit sur l'espace du lit encore libre. Parce que Jo quand elle a décidé de prendre toute la place, elle prend vraiment toute la place. « Wait. What ? Are you serious ? » et quand il se tourne vers elle, Sam aperçoit la mine boudeuse de la jeune femme. Ses deux yeux étincelants l'implorent et il sait à l'avance qu'il va succomber. Alors il riposte, de la meilleure manière qu'il puisse connaitre. En quelques seconde, Sam se retrouve à califourchon sur Jo, ses mains se baladant sur son corps dans le but de la chatouiller. A force, il connait ses points sensibles et il ne se gêne pas pour s'en servir. « Say "you're the god of my life, i love you" and after, I call to order pizzas.» Sam il continue de chatouiller la jeune femme. Délicatement, en faisant attention de ne pas lui faire mal. Et quand il entend son rire briser le silence, se fracasser contre les murs, il sent son coeur chavirer. Jo, elle a un rire adorable. De ces rires qu'on voudrait entendre sans cesse, comme une douce symphonie agréable pour l'être humain. En faites, c'est ça l'truc. Jo est la mélodie de Sam. Et il adore ça.

_________________
one more light Should've stayed, were there signs, I ignored ? Can I help you, not to hurt, anymore ? We saw brilliance, when the world, was asleep. There are things that we can have, but can't keep..@Ceriztoxic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Calloway

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 260
∘ dollars : 504

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: (ryke, daphne, cole, kate, sam, tc, daël&hendrix, aaron&halie)
∘ languages: french // english.

MessageSujet: Re: an urgent hunger - jo   Dim 24 Sep - 11:02


an urgent hunger
"in what world me starving isn't an emergency?" et elle a l'audace d'avoir l'air tout particulièrement étonnée, les traits éclairés dans un air de surprise qui n'est ni surjoué ni de mauvais goût. c'est juste jo dans tous ses états, qui minaude et s'amuse pour palier une peur tenace de ne pas pouvoir en montrer assez. parfois elle pense à sam et son ex-petite-amie, le bonheur qui s'échappaient d'eux en grosse bouffée d'air frais, mais ce bonheur qui n'a pas été assez pour les envelopper complètement. elle se rappelle aussi de la fin terrible, des yeux tristes et fatigués du garçon quand il est venu lui annoncer. il ne lui faut qu'une seconde aussi pour revoir les regards froids que l'ex lui lançait, quand elles se sont croisées, comme si jo était à la source de son malheur. comme si c'était la cadette calloway qui avait arraché le non de ses lèvres, celui-là même qui a brisé le coeur de sam et le sien avec. parfois elle pense à eux et se dit que l'amour est peut-être surcoté. que le vrai paradis, c'est cela: sam et elle et elle et sam, ici, perdus dans leur bulle hors d'une société qui ne les attendra jamais pour avancer.

le coussin plane et retombe dans le bruit caractéristique du tissu froissé, laissant la môme penaude. et quand sam lui demande de réessayer tout en s'approchant comme un chat prêt à sauter sur sa proie, jo n'hésite pas. le second coussin vole et vient le frapper en plein visage sous le regard hautement amusé de la jeune calloway. elle voudrait bien rire mais elle est trop occupée à lui demander: "better, now?" tout en étant particulièrement satisfaite d'elle-même.

sauf qu'il faut bien sûr que jolie jo se plaigne et se lamente, s'attirant les foudres de monsieur sourire. elle n'a pas le temps de cligner des yeux qu'un poids lui tombe dessus sans grâce aucune, laissant supposer que c'est sam qui la surplombe. et elle sait déjà ce qu'il va faire, peut le sentir venir avant même que l'idée ne se soit complètement formée dans son esprit. "samuel. don't you dare..." mais les mots s'étouffent quand les mains du garçon trouvent le corps de jo.
et dans ces instants-là, il est facile de croire que sam est un musicien, amoureux des sons et mélodies, car il arrache des accords de la môme comme un maestro, les gestes précis et appliqués alors qu'elle s'esclaffe, se tortille, tente désespérément d'échapper à la douce torture. elle est guitare et il caresse toutes les cordes sans hésitation, trouve les points sensibles qui font les sons les plus délicieux alors qu'elle murmure des suppliques. ces mêmes mots désespérés qui se perdent dans les tréfonds de sa gorge parce qu'elle est trop occupée à rire.

"sam... i hate you. stop it right now or i'm going to die... then come back and haunt your sorry ass..." et un nouvel éclat qui semble l'éclairer de l'intérieur. reconnaissante, la môme, quand elle pose ses yeux brillants de larmes sur sam. elle avait vraiment besoin de ça.

_________________
DANGER: mouth operates faster than brain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Ayling

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 210
∘ dollars : 360

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: free (kate, jo, even, aaron, tc, saga)
∘ languages: fr/en - fr

MessageSujet: Re: an urgent hunger - jo   Dim 24 Sep - 12:42


an urgent hunger.

Sam, il reste sur le pas de la porte à la regarder d'un air désespéré. Par moment il se demande bien comment il fait pour la supporter. Il faut l'avouer, Jo est assez dure à vivre quand elle s'y met. La preuve. Appeler en urgence parce qu'elle meurt de faim. Et sans être une blague. C'est de la Calloway tout craché. « oh yeah totally, starving is an expression to banish from your world.» Et Sam, il lève les yeux au ciel en voyant son air surpris. Il aimerait tant la maudir, lui en vouloir, mais il n'y arrive pas. Jo, c'est son rayon de soleil. Celle qui lui permet de rester à la surface alors qu'il est happé par les profondeurs. Sans elle, il n'est rien. Et c'est assez bizarre de l'avouer. D'avoir une personne si importante dans sa vie, autre que sa famille. Mais Samuel, il l'a choisi. Depuis bien longtemps maintenant. Et cette petite tête brune se tient juste devant lui, jouant à la perfection son rôle d'emmerdeuse professionnelle. « I'd love to curse you so much ... you get upset! » mais ses paroles s'envolent aussitôt comme si elles n'avaient jamais existé.

Samuel, il se rapproche doucement de sa belle. Il tente une approche vers ce fauve en liberté qui n'a pas mangé depuis plusieurs heures. Jo, elle pourrait facilement être comparée à une lionne affamée. Il ne manquerait plus que sa tignasse soit ébouriffée et on pourrait lui décerner un oscar. D'ailleurs, la tigresse montre sa nervosité dû à cette terrible faim qui accapare toute son intelligence et surtout sa dextérité. Mais quand elle retente l'expérience, le coussin finit en pleine figure de Sam. Il l'attrape avant de le lancer sur le lit sans la toucher. Ne pas aggraver la situation, la meilleure solution. « ok little fauve, I came in peace! » et pour accentuer ses paroles, Sam relève les mains, telle une victime qui tente de s'innocenter.

Et à force de parler, de la déconcentrer, Sam atteint son but. Il s'est assis sur le lit de la jolie pour commencer son attaque. Samuel, il a été rapide. Furtif et délicat. En quelques secondes, son corps se retrouve au dessus de celui de Jo. Le regard brillant, le sourire espiègle, il ne faut pas longtemps pour comprendre ce qu'il trame. Et la jeune Calloway s'en doute. Mais malgré sa menace verbale, Sam ne l'écoute pas. Il est déjà ailleurs le gamin. Ses mains cherchent machinalement la peau douce et agréable de Jo. Sam, il connait le corps de la belle. Il sait où se trouve chaque parcelle redoutable. Alors il s'y atèle. Fier de lui. Et quand Jo lâche enfin un rire, Sam il tombe. Ses lippes s'étirent dans un sourire. Ses yeux se plaquent sur ce minois si parfait qui s'offre à lui. Samuel, il est en admiration devant ce chef d’œuvre qui est en train de se produire. Jo, c'est sa symphonie du bonheur. Jo, c'est une œuvre d'art qui mériterait d'être affichée dans tous les bâtiments. Papillon coloré qui s'envole avec légèreté. Sam, il est sur un petit nuage. Les sons qui émanent de la jeune femme capturent avec tendresse le myocarde du Ayling. Il s'emballe et se laisse être transporter dans une danse qu'il chérit tant. « oh no you love me, I know. and if I can keep you eternally with me then I will continue !» Pourtant, et à contre coeur, Sam il se retire de sa position pour venir s'affaler sur un coté du lit. Tout à coup, la pièce parait plus sombre, moins lumineuse. Jo avait éveillé un véritable bonheur à l'intérieur. Un arc-en-ciel de rires dont il est impossible de se lasser. « I order the same pizzas or you want to change? » Sam, il est déjà en train de passer à autre chose pour éviter de chuter trop brutalement. Alors il se met en action en sortant son portable pour composer le numéro du livreur de pizza. Le fameux sauveur du ventre de Jo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Calloway

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 260
∘ dollars : 504

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: (ryke, daphne, cole, kate, sam, tc, daël&hendrix, aaron&halie)
∘ languages: french // english.

MessageSujet: Re: an urgent hunger - jo   Dim 24 Sep - 16:09


an urgent hunger
"i'm dying and you're making fun of me." l'intonation qui fait gamine capricieuse, allongeant les syllabes plus que de raison pour faire passer le message. parfois, jo se demande comment sam peut la supporter. comment il a tenu autant d'années. elle s'attend parfois à recevoir un message du garçon, un au revoir, un stop, un "i don't care" qui aurait des allures de fin mais qui ne serait que le début d'une première peine de coeur. elle s'attend toujours à ce qu'il se retire de la danse infernale car c'est ce que les gens font quand la situation devient insupportable. qu'importe si jo est incendie ou tempête, qu'importe si elle aime ou déteste, ils finissent toujours par prendre la porte en premier, la laissant dépourvue de sortie dramatique et de réplique acérée. mais pas sam. sam est toujours là, fidèle à lui-même. il était là dans les bons moments, quand elle a eu son diplôme, quand mia a gigoté pour la première fois à l'intérieur d'elle. puis dans les mauvais aussi, quand maman et papa n'étaient pas là pour les moments importants, quand elle a dû délivrer le bébé, quand elle était malade et agonisante à six heures du matin un jeudi. sam est toujours là et refuse de s'échapper, même si ce serait parfois la décision la plus censée. parce que jo prend de la place. jo s'agrippe à lui comme une bouée de sauvetage. nul doute que l'ex-fiancée s'est carapatée quand elle a vu que le petit-ami commandé venait avec la meilleure amie surexcitée.

"i'm already upset, sam. i need. food. in me. right now." et elle appuie chaque mot d'un coup de langue sur le palais. son corps vêtu d'un vieux pyjama aux imprimés wonder woman a quelques allures pathétiques, comme cela, tout étendu sur ce lit d'adolescente. jo sait qu'elle devrait changer la décoration, mettre des bibelots qui font adulte et rangé, accorder son havre de paix au reste du loft moderne. des tableaux et du mobilier qui hurlent responsabilités. mais elle se plaît dans l'ambiance enfantine qui transpire des murs placardés de posters, s'y sent à la maison. puis ce n'est pas comme si jo ramenait du monde dans l'antre infernale: quand elle doit passer la nuit entre les bras de quelqu'un, elle s'arrange toujours pour que ce ne soit pas chez elle. il y a quelque chose qui la dérange dans l'idée de faire cela au milieu des draps abeilles, sous les regards sérieux de ses héros d'enfance. peut-être parce que ça sonne trop sérieux, trop impliqué, de laisser quelqu'un pénétrer chez elle pour s'y faire une place, même si ce n'est qu'une nuit. bien sûr, il y a l'exception: sam. il n'hésite jamais à rentrer et elle ne lui a jamais donner une raison de le faire. il sait où sont toutes ses affaires, tout comme il sait qu'une des lattes de l'armoire est cassée et que, jolie jo aux grands espoirs, en avait profité pour y cacher son journal intime. c'est amusant comme jo fuit toute forme d'intimité mais se laisse constamment bercer par l'idée qu'il n'y a qu'eux deux contre le monde.

il en faut peu pour que la situation dérape: d'abord, sam mime l'innocence pour se glisser près d'elle avant de l'assiéger. et jo est bien trop affamée pour se débattre correctement, les bras essayant un peu désespérément d'éloigner le garçon loin d'elle alors que les éclats de rire continuent de remplir la pièce. heureusement que son colocataire n'est pas là, où jo aurait eu à s'excuser pour le boucan qu'elle fait à elle toute seule. "oh. my. god. i can't believe you'd kill me." et elle n'a vraiment pas l'air d'y croire, bien que la mine offensée soit plus amusée qu'autre chose. quand sam abandonne l'attaque, jo se glisse d'elle-même contre lui pour devenir deux droites confondues. sa tête plantée quelque part sur son torse, assez proche de son coeur pour en entendre les battements réguliers, ses jambes emmêlées aux siennes pour le retenir exactement là où il est. "are you okay?" est la seule demande qui s'échappe de ses lèvres, ignorant complètement la question sur les pizzas. notamment parce que jo ne change jamais d'avis: il lui faut une jambon avoir environ trois tonnes de fromage rapé, tout en sachant pertinemment qu'elle finira par échanger quelques parts avec sam. alors cette réflexion là est ignorée au profit d'une inquiétude délicate, qui est née seulement quelques mois après le départ de la fiancée. elle a peur, parfois, que sam se fasse avaler par les mauvaises idées et ne lui revienne jamais. "i'm sorry if you had something else to do." qu'elle ajoute dans un murmure, parce que c'est aussi comme ça qu'ils marchent: les plans s'annulent, ils se retrouvent et s'excusent d'être la priorité quand cela ne devrait pas vraiment être le cas. "i didn't want to be all by myself tonight. you're sleeping here, right?" et avec ça, elle se redresse un peu pour le fixer, les bras appuyés sur son torse.

_________________
DANGER: mouth operates faster than brain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Ayling

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 210
∘ dollars : 360

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: free (kate, jo, even, aaron, tc, saga)
∘ languages: fr/en - fr

MessageSujet: Re: an urgent hunger - jo   Mar 26 Sep - 7:55


an urgent hunger.

Et jo elle continue dans sa lancée. comme si le monde était en train de s’effondrer. une souffrance insoutenable capturant son petit corps frêle. mais sam, il en rigole. comme d'habitude. il la taquine, la cherche parce qu'entre eux, c'est toujours comme ça et depuis tant d'années à présent qu'il ne les compte plus samuel. il les vit tout simplement. une harmonie s'est créée dans sa vie depuis qu'il a rencontré jo. ses jours sont plus radieux. ses nuits plus éclairées. il n'a jamais tenté de comprendre pourquoi elle. il l'a accepté et encore aujourd'hui, il en est plus qu'heureux. « oh shit, I forgot to order your tombstone in the form of pizza, crap ! » et sam, il aperçoit rapidement le regard assassin que lui lance sa meilleure amie. si les yeux de jo pouvaient parler ou ne serait-ce que tuer, il y aurait beaucoup moins de monde sur la planète terre. vérité affirmée. la liste serait certainement longue. et il sait pertinemment qu'un prénom auquel il tenait, tient, se retrouverait dans les premiers cités. son ex-fiancée. celle qui a partagé sa vie durant plusieurs années. tout en partageant celle de jo également. parce que leur duo, il est partout. jo ne va pas sans sam. et sam, il est loin d'aller sans jo.

sam il l'observe en silence. ses prunelles vagabondant sur le corps de sa belle. chaque fois qu'il vient à elle, c'est un véritable défilé de pyjama. certains sont aussi enfantins que la moue de la jeune femme à l'heure actuelle. d'autres sont plutôt réservés à un autre style de partenaire. et parfois sam, il sent sa gorge se serrer quand il aperçoit ce genre de tissu sur elle. parce qu'à la minute même, tous les scénarios capturent son esprit et jouent des scènes pas vraiment agréable à ses yeux. « eat my arm if you want, I promise you it's good. Apparently it's like chicken !» qu'il dit en tendant son bras comme pour lui donner le feu vert. mais rien ne se passe. et il en est bien content. avoir la marque des dents de jo sur sa peau n'aurait pas été très classe. « you know, you could have warned me before and I would have come with pizza. you know, that dish you love so much. P.I.Z.Z.A ! » samuel, il s'amuse à bien étaler les lettres de ce mot. il prend un malin plaisir à torturer sa douce pour pouvoir rire de la situation.

mais sans qu'elle ne puisse riposter, sam il se venge déjà de la jolie brune et de sa soit disante urgence. il en profite pour égayer sa fin de journée. avoir un sentiment de joie qui accompagne cette douce nuit étoilée. jo, c'est la 8ème merveille du monde pour sam. son rire devrait devenir l'une des mélodies les plus connues sur cette terre. un son délicat et harmonieux. peut être pas pour tout le monde. parce qu'en réalité, jo, elle pourrait réveiller tout l'immeuble avec ce rire franc et joyeux. « to kill you but with love is better ? » bien sur, ses paroles sont ironiques. sam, il deviendrait fou si on lui enlevait sa raison de vivre. sa jo. alors pour éviter de l'anéantir, sam il stoppe son action pour se rouler sur le coté. il s'allonge avant de voir la bouille de la jeune femme s'approcher. il écarte les bras et l'accueille avec joie contre lui, son coeur s'emballant quelque peu. doucement, il sent le souffle chaud de jo sur son torse malgré l'épaisseur de son tee shirt. délicatement, ses paupières se ferment, profitant de ce moment qui plus tard, deviendra l'un de ses meilleurs souvenirs. mais son beau monde s'écroule quand la jeune calloway pose cette question. celle qui fait flancher le jeune homme. celle qui l'écrase au sol pour le remonter à la surface afin qu'il affronte la triste réalité. alors presque dans un murmure lointain, il lâche enfin, « now, i'm fine. don't worry.» et sam, il dépose avec tendresse l'une de ses mains dans la chevelure brune de sa princesse, l'autre se refermant sur son corps frêle. il s'y accroche comme un gamin tenant la jupe de sa mère, apeuré par le monde extérieur. « for you, I'm never busy ... never. » puis il met en mouvement sa main ayant pris possession des cheveux de sa belle, lui offrant de douces caresses. il reste ainsi sans savoir combien de temps s'écroule. sans se soucier de tout ce qui les entoure. et quand la jeune calloway prononce cette dernière phrase, sam il la contemple avec des étoiles dans les yeux. il avance avec précaution ses doigts timides vers sa joue rosie, un sourire s'étirant pour exprimer le bien être qui s'est installé dans son corps. « of course. whatever you want jo...» et sans attendre une seule seconde, sam il referme à nouveau ses bras autour de la jeune femme. il accentue la pression comme si ce jolie papillon allait s'envoler loin de lui. chose qu'il ne pourrait supporter. parce que jo, c'est la créatrice de son bonheur. celle qui manie à la perfection les battements de son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Calloway

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 260
∘ dollars : 504

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: (ryke, daphne, cole, kate, sam, tc, daël&hendrix, aaron&halie)
∘ languages: french // english.

MessageSujet: Re: an urgent hunger - jo   Mar 26 Sep - 21:40


an urgent hunger
"says who?" qu'elle demande, les sourcils froncés en fixant le bras tendu. la pensée fugace d'y déposer ses dents, ses lèvres, se fraie un passage dans l'esprit de jo mais comme toute pensée intrusive, elle la laisse filer vers d'autres contrées. il a toujours été plus facile de jouer le déni que de se laisser absorber par ces instants de faiblesse, qu'importe l'époque. ces petits moments dans le temps où les "what if" sont plus forts que la réalité, sabotant le bonheur à coup d'incertitudes et d'envies. surtout quand ceux-ci concernent sam. parce que jo, elle se surprend à le regarder et se demander pourquoi elle n'a jamais posé ses lèvres sur les siennes ou pourquoi, après tant de conquêtes et d'aventures, elle n'a jamais mis le nom du garçon sur son tableau de chasse. elle se méprend sur tout et ne se défend de rien, si ce n'est de l'aimer trop pour le glisser dans la foule d'inconnus qui ont glissé entre ses draps, car ceux-là n'ont aucun avenir entre ses bras. alors elle laisse les pensées voguer, les voient traverser l'océan de son esprit pour s'échouer sur des rivages inconnus et ne les sauve pas du débâcle.

"i could have, yes." une pause, petit sourire amusé qui se fait une place sur son visage poupon. "but what's the point? if you came with the pizza, i wouldn't see the cute pizza man." et cette fois, un rire léger se fraie un chemin hors de ses lèvres, comme une blague à demi-murmurée. parce que cela reste jo, même avec ses pensées voyageuses et ses envies d'impossible. c'est jo qui aime et jo qui part, jo qui embrasse tout autant qu'elle dit au revoir. c'est jo qui charme et qui amuse la galerie, la voix sirène et les mots ensorceleurs. cela reste la journaliste qui parle de sexualité pour payer son loyer et qui a le numéro personnel de la plupart des employés de sex-shops de new-york. "i'd totally bang him if he wasn't the pizza man... ah, shame." et un geste des épaules pour signifier que c'est malheureux mais pas abominable et que, comme toujours, la môme s'en remettra.

la situation change et jo se retrouve entre les bras de sam, la joue posée contre son torse. le tic tac réglé d'un coeur en bonne santé - tout du moins, c'est ce que jo croit -, qui lui arrache un soupir content. elle aimerait lui dire, à sam, qu'aucune pizza ne vaut cet instant-là. que dans quelques années, quand elle sera aigrie et fatiguée d'une vie bien trop remplie, elle se rappellera de l'instant rythmé par des respirations lentes et mesurées, ses mains dans ses cheveux et son souffle chaud non loin de son front. lui. toujours. toujours. et peut-être que jo devrait tirer une leçon de cette pensée. se rendre compte que ce n'est pas comme ça que le monde marche, que sam et elle ne sont pas exactement tout ce qu'ils prétendent être. que la bulle, aussi jolie soit-elle, finira bientôt par éclater. mais jo laisse les pensées filer sans les écouter, préférant se baigner dans la douceur du moment. "well, i'm glad you are. i don't like seeing you sad." puis un sourire sincère, rapidement masqué par l'habituel engouement de la môme qui fuit tout sérieux: "you're less ugly with a smile on your face, dude." et un rire, léger, qui se fracasse contre le torse de sam et ne résonne pas, s'oublie dans l'instant.

puis la tête qui se redresse et jolie jo demande à son meilleur ami de rester, comme ils le font souvent. là encore, elle devrait se poser des questions. se rappeler qu'inviter sam à rester là toute la nuit, caché sous ses couvertures, étalé sur son lit, n'est pas spécialement la procédure habituelle qu'on propose à un ami. mais c'est jo et sam, sam et jo. c'est des règles bafouées, des liens trop forts, des "whatever" jetés dans le vent.
d'ailleurs, sam le montre bien: sa main finit sur la joue de jo alors qu'il acquiesce, tout doucement, comme s'il avait peur que ses mots ne brisent la bulle dans laquelle ils se sont enfermés. puis ses bras encerclent la calloway et la môme retombe sur lui avec un rire. "that's what i call a bear hug." un peu moqueuse mais jo n'essaie pas un moment de s'en détacher. au contraire. elle a les doigts perdus quelque part le long de ses côtes, y dessinant des paysages oubliés avec une précision digne des plus grands artistes. et elle reste comme cela, longtemps, respirant le parfum de sam et se laissant bercer par son souffle lent. elle oublie un instant la faim, la fatigue, l'agacement qui l'avait rongée toute la journée. il n'y a plus que lui et elle.

jusqu'à ce que son ventre ne gargouille.
alors, jo ne peut pas s'empêcher d'éclater d'un rire clair avant de se redresser complètement, s'arrachant aux bras du garçon. "cuddling time is over. i want my pizza." elle a déjà le téléphone dans la main alors qu'elle tape le numéro sans réfléchir, pour enfin tendre le combiné à sam avec un sourire innocent. une fois que l'appel est fait, elle se place en tailleur en face de lui et le jauge du regard, visiblement curieuse. "so, what's up? how was your day?" une pause. "did you see this cosmo girl you talked to me about?" et la question est posée avec une étrange facilité, même si la simple idée que sam ait trouvé une fille (une vraie, de plus d'un jour, dont le visage est toujours brillant même une fois la nuit terminée) la laisse un peu désemparée.

_________________
DANGER: mouth operates faster than brain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: an urgent hunger - jo   

Revenir en haut Aller en bas
 
an urgent hunger - jo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis urgent : Echange Street triple 08
» akantor urgent!!!
» Recherche d´avion Cargo urgent
» Cherche 1 peintre urgent
» Hunger Games: Victoire BleuDiamant !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ BE THE BOLD TYPE :: iii □ new york, usa. :: manhattan :: soho-
Sauter vers: