AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 good old days (samuel)

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Hawkins
— hope you're somewhere praying.
avatar

∘ new-yorker since : 22/09/2017
∘ talks : 783
∘ dollars : 1141

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: dispo, 3/∞.
∘ languages: fr, fr/en.

MessageSujet: good old days (samuel)   Lun 25 Sep - 12:08

GOOD OLD DAYS
AARON HAWKINS & SAMUEL AYLING

aaron recula sa chaise, poussant un profond soupir de désespoir. il regarda l'heure, et perdit encore plus espoir. il était vingt-heures trente, et cela faisait maintenant plus de quatre heures qu'il était entrain de se creuser la tête pour enfin terminer cet article sur l'élection présidentielle allemande de la veille. durant toute la journée de dimanche, il avait regardé les informations, lu des articles allemands, américains ou encore australiens à propos de cette terrible nouvelle. aaron n'arrivait pas à faire cet article car, en temps que journaliste, il devait rester soft dans ses propos et ne pas influencer les lecteurs par son opinion politique. clairement, il avait la haine contre les allemands. élire des nazis après ce qui s'était passé durant la seconde guerre mondiale, il n'arrivait pas à comprendre comment est-ce que le peuple allemand avait songé une seule seconde à la possibilité de donner le pouvoir aux semblables d'hitler. le brun avait les paupières lourdes, et la tête prête à exploser. il savait qu'il allait encore rester planté devant son ordinateur jusqu'à minuit s'il ne s'y mettait pas sérieusement, mais il n'avait plus la force de réfléchir ne serait-ce qu'une petite heure. aaron poussa un nouveau soupir et empoigna son mug superman et découvrit qu'il n'avait plus de café. nombreuses étaient les tasses de caféine qu'il avait bu durant la rédaction de cet article. il se leva péniblement, les jambes endolories, et se dirigea vers la cafetière installée dans le couloir principal, bordant les bureaux des journalistes. aaron se servit une nouvelle tasse chaude, et en bu lentement le contenu, restant planté en plein milieu du couloir. la plupart des bureaux étaient plongés dans la pénombre. seul le sien était encore illuminé dans cet immense bâtiment. tout de suite, il avait envie de faire un break, d'arrêter de penser à cette foutue élection, rigoler un bon coup pour pouvoir s'y remettre, les idées plus claires. en soit, il aurait pu aller demander conseil à paige, mais il était persuadé que sa collègue était déjà retournée chez elle, comme tout les autres employés de cosmopolite. il poussa un profond soupir, signe d'un véritable désespoir. étant perfectionniste, aaron n'avait pas envie de bâcler son article, simplement pour en être débarrassé. non, il voulait faire quelque chose de parfait, quelque chose qui ouvrirait les yeux aux lecteurs à propos de cette inquiétante élection. le jeune homme se rendit compte que le bureau de son fidèle camarade, samuel, était encore allumé. il posa sa tasse sur la table basse, et se dirigea vers la lumière, pratiquement persuadé que samuel avait simplement oublié de l'éteindre. il ouvrit la porte, et découvrit son pote, avachit sur son bureau. aaron s'approcha lentement de son camarade. il hésita entre le réveiller en douceur, ou en bombe. il scruta la pièce, à la recherche de la moindre chose qui pourrait le réveiller. il finit par opter pour une solution rapide et efficace. doucement, il se positionna derrière la chaise du journaliste endormi, et la tira d'un coup sec, faisant tomber samuel par terre. « luckily it was me who saw you asleep, otherwise the boss would have made you spend a dirty quarter of an hour, believe me, » déclara aaron en se penchant vers samuel, étendu de tout son long par terre. il ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire en voyant le regard emplit d'incompréhension que son camarade lui lança. « why are you still at work ? » aaron se demandait si lui aussi galérait pour la rédaction d'un article, ou s'il dormait depuis quelques heures, ce qui expliquerait pourquoi est-ce qu'il était toujours dans les locaux de cosmopolite.

_________________
we watched the sun go down as we were walking. i'd spend the rest of my life just standing here talking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Ayling

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 210
∘ dollars : 548

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: free (kate, jo, even, aaron, tc, saga)
∘ languages: fr/en - fr

MessageSujet: Re: good old days (samuel)   Mar 26 Sep - 8:38


GOOD OLD DAYS.

sam, il a pas vraiment vu l'heure passer. disons qu'il était bien trop occupé à autre chose. dormir pour être exact. sa joue est entrée en contact avec la fraicheur de son bureau pour simplement reposer ses yeux durant quelques minutes. au final, les bras de Morphée sont venues l'encercler, ne lâchant pas prise. depuis plusieurs nuits, samuel ne dort pas vraiment. il somnole, s'endort avant de se réveiller en sursaut. il manque cruellement de sommeil mais il n'a pas envie d'aller consulter un médecin et devoir prendre des cachets. en agissant ainsi, il affirmerait aux yeux de tous qu'il a un sérieux problème. autre que son insuffisance cardiaque. alors il vit par micro sieste, profitant du temps que Morphée lui accorde avant d'être capturé par Lucifer. comme ce soir. malgré ses coéquipiers journalistes qui sont partis au fur et à mesure de la journée, lui il est restait. au début, l'énergie réussissait à le maintenir éveillé. mais à force de rester assis sur la même chaise, à taper sur son ordinateur, sam, il a commencé à sentir la fatigue le gagner. ses paupières étaient devenues trop lourdes. ses doigts s'actionnaient avec lenteur sur le clavier. alors il s'est accordé un temps de pause. une pause qui s'est allongée, un peu puis beaucoup. son bureau se transformant en lit pas vraiment confortable. et depuis, il n'a pas bougé. pas d'un seul centimètre. tous les bruits autour de lui ne l'ont pas réveillé. il a plongé samuel. il s'est laissé tomber dans ses rêves les plus fous. il voyage dans un autre univers, capturé par son imagination. il se voit naviguer sur un bateau, porté par le rythme de la mer. mais tout à coup, il sent une pression. comme si quelque chose tentait de l'attraper, de le faire chuter. ses paupières se mettent à bouger et dans un mouvement rapide, il perd pied sam. il ne sent plus que le vide sous son derrière. alors il comprend. la réalité vient de le rattraper. et lui, il essaie de se tenir à son bureau comme s'il était devenu cette fois-ci sa bouée de sauvetage. mais ses doigts glissent, faisant un bruit ridicule d'un échec cuisant. son corps s'étale sans grande délicatesse au sol et un énorme vacarme brise le silence des locaux de Cosmopolite. samuel, il peine à comprendre. il a l'impression d'être loin, peut être trop loin pour recentrer son cerveau. mais quand il voit le visage d'aaron dans son champ de vision, ses neurones se connectent. « i'll kill you...you know that ? » qu'il dit le regard plissé tentant d'exprimer un semblant de haine envers son camarade. « once I was standing, run.» sam, il se redresse sans grande classe. il s'accroche à sa chaise de bureau, et lâche un souffle bruyant. il va devoir se remettre au sport, c'est clair et net. il tapote ensuite sur son jean pour retirer les saletés qui ont dû se déposer sur le tissu. puis une fois son cinéma terminé, il plante son regard dans celui de son ami avant de hausser les épaules. « I have an article to finish, but I had sore eyes then..» il n'a pas besoin de finir sa phrase pour qu'aaron comprenne où il veut en venir. samuel s'est endormi comme une madeleine. il n'a même pas lutté. il est même certain qu'un filet de bave aurait pu se créer à la commissure de ses lèvres si le jeune homme n'était pas arrivé. quelle belle image non ? « and you ? What are you doing here so late? You don't have the right to watch porn movies at home?» sam dans toute sa splendeur. délicat, raffiné. une vraie perle rare.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Hawkins
— hope you're somewhere praying.
avatar

∘ new-yorker since : 22/09/2017
∘ talks : 783
∘ dollars : 1141

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: dispo, 3/∞.
∘ languages: fr, fr/en.

MessageSujet: Re: good old days (samuel)   Mer 27 Sep - 11:34

GOOD OLD DAYS
AARON HAWKINS & SAMUEL AYLING

en voyant que le bureau de samuel était encore allumé, il espérait que son camarade était toujours là. il avait envie de le voir, car il était une des seules personnes apte à le remotiver lorsqu'il avait un cou de mou. il ouvrit la porte, persuadé que samuel avait simplement oublié d'éteindre la lumière en partant. mais non. il se tenait là, son buste étalé sur son bureau, la tête posée sur la table, prêt à se mettre à ronfler. un sourire d'amusement se dessina sur les lèvres du brun en voyant la scène. il fallait le réveiller, mais pas d'un manière douce, non. il fallait que samuel se rappelle de ce réveil comme le pire réveil de toute sa vie. aaron réfléchit quelques instants à comment est-ce qu'il pouvait le faire sortir des bras de morphée et opta pour la manière forte. il tira d'un coup sec et efficace la chaise roulante de son camarade, qui s'écrasa au sol dans un bruit sourd. par terre, l'aîné mit quelques instants avant de papillonner des paupières et se rendre compte de ce qu'il venait de se passer, et surtout d'où est-ce qu'il était encore. se retenant d'exploser de rire en voyant la mine de samuel, aaron se pencha au dessus de lui, le faisant encore plus rager par des paroles délicatement doucereuses. il se redressa suite aux dits de son camarade, toujours autant amusé. « trust me bro, you will not be able to do anything in this position, » pouffa aaron en décochant une tape amicale sur l'épaule du journaliste. samuel le mit en garde, déclarant qu'une fois remit sur pieds, il ferait mieux de prendre la fuite. « right now, i don't even have the strength or the courage to run, » soupira-t-il tout en se laissant tomber lourdement sur le siège de samuel. d'un regard sarcastique, les bras croisés sur sa poitrine, aaron observa son camarade se remettre difficilement sur pieds. il savait pertinemment que si quelqu'un l'avait réveillé de cette manière, il aurait littéralement pété les plombs. il observa, amusé, samuel retirer les quelques saletés qui s'étaient agrippées à ses vêtements lors de son court moment au sol. « wait, » dit-il, retirant de la poussière des cheveux de son camarade. aaron se leva et alla les jeter dans la poubelle. aimant travailler dans un bureau propre, il le nettoyait à l'aspirateur pratiquement tout les jours, afin d'éviter le genre de poussière qu'il y avait sous celui de samuel. le brun demanda à son aîné comment se faisait-il qu'il était toujours au boulot. aaron était persuadé qu'il était bien le seul à toujours rester si tard tellement il galérait ces derniers temps, mais il semblait que samuel devait vivre la même période, ou peut-être n'était-ce qu'un simple coup de fatigue. « nop, no porn movies tonight, » rigola aaron, puis il reprit son sérieux en repensant à son article qui l'avait fait suer durant tout l'après-midi. « just an article on the german election. but yeah, so shocking and depressing that you can call it a porn movie if you want, » soupira-t-il, arrivant tout de même à sourire grâce à son camarade. il était content de l'avoir à ses côtés ce soir, sinon sa journée aurait été naze du début jusqu'à sa fin.

_________________
we watched the sun go down as we were walking. i'd spend the rest of my life just standing here talking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: good old days (samuel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
good old days (samuel)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EDH] Wrexial, UB contrôle good stuff
» Good english / german news radio for podcast
» 5 Days of War
» The Seven Days of 1809 - OSG
» Days of Ice and Fire 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ BE THE BOLD TYPE :: iii □ new york, usa. :: manhattan :: midtown :: steinem's publication :: cosmopolite-
Sauter vers: