AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 - daisies perched upon your forehead

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nick Halstead

avatar

∘ new-yorker since : 03/10/2017
∘ talks : 22
∘ dollars : 256

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: not yet
∘ languages: fr/eng

MessageSujet: - daisies perched upon your forehead    Mar 3 Oct - 22:58


©stuffwolfies(tumblr)

NICHOLAS 'NICK' HALSTEAD
26 YO ○ 07/07 ○ WASHINGTON D.C. ○ IRISH/MEXICAN
SINGLE BUT IN LOVE ○ ASSISTANT ○ HOT CHOCOLATE


— everyone wants to be us —
caractère : travailleur ○ discipliné ○ créatif ○ organisé ○ aimable ○ malin ○ accueillant ○ bout-en-train ○ attentionné ○ complexé ○ romantique ○ serviable ○ bavard ○ optimiste ○ impulsif ○ délicat ○ plutôt responsable ○ sensible ○ influençable ○ trop gentil ○ patient ○ dans le déni ○ souriant ○ vaguement collant ○ raisonnable, dans une certaine mesure ○ altruiste, un peu trop même

il passe généralement sa journée à se balader un peu partout avec son portable coincé entre l'oreille et l'épaule, deux cafés dans chaque main et des dossiers sous les bras ○ il porte ses lentilles plus longtemps qu'il ne l'est recommandé, il le regrette chaque soir et jure qu'il ne reproduira plus cette erreur, jusqu'au lendemain matin. ses lunettes quittent rarement leur étui lorsqu'il fait jour, surtout lorsqu'il est au boulot. le côté intello du premier rang de la classe qu'elles lui donnent le fait un peu complexer, à vrai dire. ○ il a très certainement été une basic white girl dans une autre existence. il passe sa vie chez starbucks et sur instagram, pleure en lisant john green et il a tous les albums de taylor swift rangés par date de sorties sur l'une de ses étagères. il assume moyennement, pour tout dire. ○ il prend tout avec le sourire, un trait de famille qui a grandement aidé sa mère à bâtir sa carrière politique. qu'on tente de lui casser le moral ou de lui faire un compliment, nick sourit. il passe fréquemment pour un idiot d'ailleurs mais ça aussi, ça le fait sourire. ○ il écume les tattoo shops de new york, au grand dam d'une partie de sa famille, très traditionnelle et classique. les tatouages font tâche sur les belles photos, d'après sa grand-mère. cette vieille harpie et sa clique de républicains acerbes le lui ont tellement répété qu'aujourd'hui encore, il se rend à chaque réunion de famille à reculons, engoncé dans des chemises à manches longues même en plein été. ○ il est très proche de sa fratrie, qu'il voit régulièrement. ils déjeunent ensemble plusieurs fois par semaines, s'appellent aussi souvent que possible et présentent un front uni et jeune, en opposition discrète mais ferme à la vieille génération. nick sait qu'il aurait probablement mal tourné sans ses frères et sœurs, et il essaye de montrer sa gratitude dans la mesure de ses capacités. généralement, ça veut dire faire bénévolement du baby-sitting le samedi soir et faire, par conséquent, une croix sur sa propre vie sociale. mais il accepte toujours avec plaisir. ○ il n'a jamais vécu seul, même s'il est probablement l'une des raisons pour laquelle son appartement (et sa colocation, globalement) n'a pas encore explosé. il fait la vaisselle, le ménage, trie les couleurs avant de faire une lessive et fait même les courses en temps et en heure. seulement nick est incapable de vivre seul. il a besoin d'interactions sociales, d'avoir quelqu'un avec qui se disputer la télécommande ou de poireauter cinq minutes devant la salle de bains chaque matin parce que l'un ou l'autre de ses colocataires exagère devant le miroir. ils l'agacent à peu près 90% du temps mais il ne pourrait pas vivre sans eux. ○ il n'a jamais passé son permis de conduire. ○ il lui arrive fréquemment de parler tout seul, pour organiser sa pensée ou ne rien oublier quand il prépare quelque chose. c'est plus simple. bizarre mais plus simple.
QUELLES SONT VOS qualités DANS VOTRE TRAVAIL ?
je suis organisé et rigoureux, donnez-moi n'importe quel agenda à mettre en ordre, n'importe quel dossier à trier, n'importe quelle liste de cafés pour n'importe quel service, je suis votre homme. j'ai une très bonne mémoire, ce qui est indéniablement un avantage quand on se balade un peu partout en essayant d'arranger tout le monde, entre les rendez-vous d'untel et l'emploi du temps d'une autre. oh, et les cafés, évidemment. on m'a élevé dans l'idée qu'il faut toujours apporter son aide à autrui, lorsqu'on en est capable, et je recule rarement devant une tâche à accomplir, même si ça signifie faire des heures supplémentaires. et après tout, c'est le genre de choses qui rend bien sur un cv, pas vrai ?

ET QUELS SONT VOS défauts ?
j'ai tendance à bavarder un peu. enfin, un peu. si jane de la compta décide de me décrire sur son weekend en famille dans les moindres détails, il faut que je l'écoute, vous comprenez ? et je suis trop gentil, je le sais, mais je suis incapable de refuser quoi que ce soit. donc on me refile souvent les tâches ingrates ou un peu bêtes et j'ai tendance à dire oui systématiquement, avec le sourire en prime. il y a autre chose également, une mauvaise habitude dont j'essaye de me défaire. c'est en bonne voie mais j'ai encore des lacunes. je n'ose pas vraiment m'imposer, dire que j'ai besoin de partir plus tôt parce que je dois aller chez le dentiste ou faire répéter quelqu'un que je n'ai pas compris. alors je me tais, j'essaye de m'arranger, vous voyez ? ça peut devenir embarrassant parfois.

QUE PENSEZ-VOUS DE LA compétition ENTRE ELEGANCE ET COSMOPOLITE ?
je ne veux vexer personne mais je trouve ça, comment dire ? un peu idiot ? et dommage, surtout. je veux dire, la plupart des gens, d'un côté ou de l'autre, font le même métier. certes, elegance ne touche pas le même public que cosmopolite mais ça reste de la presse, majoritairement écrite en plus. à l'ère d'internet et des webzines, il faudrait plutôt s'entraider, je ne sais pas ? enfin, pas mal de gens prennent ça très au sérieux et je préfère ne pas faire de vagues, donc j'évite de me prononcer ouvertement là-dessus, si vous voyez ce que je veux dire.

— people want to hear your voice —
(01) WHAT IS A LEGACY? Halstead est un nom qu'on attache au parti Républicain, the Grand Old Party, depuis plusieurs générations aujourd'hui. S'ils n'ont jamais investi la Maison Blanche jusqu'à présent, c'est simplement affaire de malchance, qu'ils vous diront. Nick en est plutôt soulagé, à vrai dire. Sa grand-mère, affreuse bonne femme aux opinions souvent effrayantes, parfois nauséabondes, n'a pas besoin d'une raison de plus de se féliciter d'être à la tête d'une telle famille. Nick l'a toujours connue fière, un peu aigrie aussi, profondément déçue par le refus de son fils de marcher dans les pas de ses aïeux, à peine rassurée d'avoir une belle-fille prête à assurer la relève. Ironiquement, c'est son père, l'héritier de cette lourde histoire familiale et politique, qui l'a probablement empêché de devenir le parfait petit militant républicain, à l'image de ses cousins. Sa douceur et son respect d'autrui, il les a transmis à ses enfants, dont Nick, et il doit beaucoup à son paternel, aussi difficiles que soient leurs relations. (02) OH, THE DRAMA Nick avait sept ans, la première fois qu'il a entendu parler de l'homosexualité de son père. Il n'a réalisé que bien des années plus tard l'importance de cette conversation entre ses parents qu'il a surpris, un soir d'ennui. Il l'a saisie lorsqu'il a compris que les rumeurs d'infidélités de son père et le renvoi de sa gouvernante de l'époque n'étaient qu'une mascarade. Sa famille, sa mère surtout, a toujours été douée pour conserver les apparences, même lorsqu'il s'agissait de remuer un peu la boue pour entretenir l'illusion de clarté. C'est le mensonge, surtout, qu'il a eu du mal à accepter et, plus encore, la souffrance muette dans laquelle son père s'est enfermé avec les années. Comprendre tout ça a été la première étape pour s'éloigner de cette cellule familiale étouffante, mentalement du moins. Il les revoit souvent, à chaque vacance, chaque fête un tant soit peu solennelle, des occasions qu'il redoute absolument tant il a du mal à les supporter, tous autant qu'ils sont. Chaque retrouvaille est synonyme de chamailleries puériles et de débats stériles, au manque de tolérance si lourd qu'il en donnerait la nausée à n'importe qui. Les Halsteads vivent pour et par les apparences, oui, mais une fois les portes de la vaste demeure familiale refermée, c'est à qui sera le plus provocateur et ostentatoire. The American Dream gone wrong, really, et l'homosexualité de son père n'est que l'un des nombreux scandales que la famille est parvenue à étouffer en décidant d'en créer d'autres, moins lourds, moins salissants. Tous ces mensonges et ces faux-semblants finiront par les tuer et Nick ne veut pas voir ça, encore moins en souffrir. Il est bien, loin d'eux, si bien. (03) GOODY TWO SHOES NICK GOES TO COLLEGE Nick et sa grosse tête, comme l'appelaient si gentiment ses camarades de classe, ont terminé les programmes de terminale et le lycée avec une année d'avance. Nick et sa grosse tête ont donc atterri à l'université à dix-sept ans, à NYU, au grand dam du reste de la famille qui a, pour la quasi-totalité, étudié dans l'une ou l'autre des facs de l'Ivy League. C'est son père qui a financé, seul, ses études, ignorant que son fils, maladroit et naïf, allait comprendre tant de choses grâce à lui. Sa freshman year, si justement nommée, l'année des premières fois et du renouveau. Il est tombé amoureux et s'est fait largué pour la première fois, il s'est offert son premier tatouage, il a séché tout un après-midi pour la première fois, il a même perdu sa virginité, pas nécessairement dans cet ordre-là d'ailleurs. L'université l'a transformé et il n'a qu'une seule envie : retourner là-bas pour la ten years reunion qui se tiendra dans quelques années. A l'université, Nick s'est affirmé, s'est trouvé. C'est à la fac qu'il a décidé d'abandonner son prénom complet pour adopter son surnom, c'est à la fac aussi qu'il a compris qu'il pouvait vivre loin des siens et être heureux. Cette assurance et cette confiance en lui ont été déterminantes pour le reste de sa vie, il le réalise aujourd'hui. (04) TEACH 'EM HOW TO SAY GOODBYE Son diplôme de littérature en poche, sa copine de l'époque sous le bras, Nick est retourné à Washington après quatre ans ô combien épanouissants à New York. Il a vite, très vite compris qu'il fallait repartir. Après quatre années loin des faux-semblants mielleux et de l'intolérance paradoxalement à peine voilée, Nick a été étouffé par la présence oppressante de sa famille. Il a toujours pensé avoir plutôt bon fond mais entendre sa grand-mère déverser ses torrents de haine durant l'un de leurs fameux dîners de famille lui a inspiré de réelles envies de meurtres. Sans Paula, sa nana, assise à côté de lui et infiniment consciente de la tension, il aurait probablement tenté de noyer la vieille dans son verre de champagne ou de lui envoyer son assiette au visage. Il est parvenu à se contenir mais il a fait ses valises et, après une brève discussion avec son père, il est parti s'installer définitivement à New York. Non sans avoir, il l'avoue volontiers, causé une longue scène dramatique avec un départ en fanfares et ses quatre vérités balancées à la partie, selon lui, avariée de la famille. (05) THE HELL AND THE HIGH WATER Si il y a bien quelqu'un avec qui Nick n'a jamais pu s'entendre, c'est sa mère. Elle l'a longtemps effrayé, toute en froideur et en indifférence, jouant la carte de la mère souriante uniquement sous l’œil d'une caméra. Elle n'avait pas le temps pour lui, ni pour le reste de sa fratrie, et après tout, elle leur avait déjà consacré neuf mois de son existence, inutile d'en ajouter plus. Pourtant, il aurait voulu trouver un terrain d'entente, une manière de se comprendre et de se rapprocher, jusqu'à ce qu'il apprenne pour son père et pour tous ces autres petits problèmes que sa mère a réglé sans se soucier des gens autour d'elle. C'est lui qui est entré dans l'indifférence, se détournant d'elle et des sourires aveuglants qu'elle lui offrait deux fois par an, pour un reportage ou une photo officielle. Il a refusé de revenir à Washington pendant plus d'un an et demi, par pur esprit de contradiction, par envie d'attirer son attention aussi peut-être (assurément plutôt). Elle a essayé de tempêter, de le cajoler, de négocier, d'envoyer même son père comme émissaire mais Nick a tenu bon. Il a voulu lui montrer qu'il n'avait pas besoin d'elle mais il a fini par céder, lorsqu'elle a trouvé l'argument infaillible en la personne de son paternel. Tout aussi fucked up que soit leur famille, Nick reste accroché à son père et sa mère le savait. Elle l'a toujours su. Peut-être en était-elle un peu jalouse, qui sait. Ce chantage, ce glacial et cru come home or I'll leak photos of daddy dearest being some twenty something perfect little slut, le stratagème a brisé ses résolutions. Il est revenu, comme on revient dans un rêve, sans vraiment être là. Il a souri, il a serré quelques mains, il a posé pour deux ou trois photos, et il est reparti. Il a rempli sa part du marché, elle a rempli la sienne. Elle ne l'appelle plus aujourd'hui que pour lui rappeler le deal, chaque fois qu'elle a besoin de l'avoir près d'elle pour l'un ou l'autre des nombreux événements de sa grande carrière de grande politicienne. (06) PICK UP A PEN, START WRITING Il est né avec un pumpkin spice latte dans une main, un bouquin dans l'autre, et a passé son enfance dans les bibliothèques, jusqu'à ce que les petites frappes, à l'école, découvrent son havre de paix. Il s'est passionné pour Tennessee Williams, Mary Shelley et Tolkine, et il a probablement dévoré chaque bouquin dans la bibliothèque familiale. A book nerd, plain and simple. L'idée d'écrire est venue bien plus tard, au lycée, quand il a compris qu'il pouvait inspirer aux autres les sentiments et sensations que ses auteurs favoris lui procuraient. Il a d'abord écrit dans le journal de l'école, ici et là, sans réelle implication puis c'est à l'université qu'il s'est réellement investi. Il a vite compris qu'il était fait pour l'univers de la presse. Alors, clairement, non, il ne gagnera pas le prochain Pulitzer, pas tout de suite mais il a trouvé sa voie. (07) WELCOME TO THE REAL WORLD. IT SUCKS. YOU GONNA LOVE IT Avant d'entrer chez Elegance, Nick n'avait jamais vraiment travaillé. Son père payait son loyer et chacune de ses dépenses, de son latte quotidien aux soirées entre potes en passant par ses fringues. Avec ce job, il a beaucoup appris, au rayon adultes et emmerdes. Il gère aujourd'hui la moitié de son propre budget, décision qu'il était tout excité de prendre il y a un an (l'excitation est retombée depuis, évidemment). Et, honnêtement, être adulte ? Ça craint, vous dira Nick. Avoir des colocataires aussi, d'ailleurs. Ils ne font pas leur vaisselle, mangent les tacos que vous avez commandé mais pour Nick, il n'y a pas meilleure sensation que de rentrer à la maison et de savoir qu'il n'est pas seul, même si il vient de passer trois quarts d'heure dans une rame de métro à l'arrêt, coincé entre deux stations, étouffé par une foule si compact que respirer prend des airs d'entreprise périlleuse. Être adulte craint, certes, mais pas tant que ça. (08) PAINFUL, DIFFICULT, DEVASTATING, LIFE-CHANGING, EXTRAORDINARY LOVE Il a fait la connaissance de Vee il y a trois ans, au cours d'une soirée de gala organisée par sa mère. Il était encore étudiant, acing gradschool at the time, Paula et lui étaient en plein break, Vee, plus âgée, faisait déjà des étincelles dans le monde de la presse, son mariage battait de l'aile, toutes les conditions étaient réunies pour les pousser l'un vers l'autre. Ils se sont revus, souvent, parfois autour d'un café, parfois entre les draps. Depuis, Nick a rompu avec Paula, en bons termes d'ailleurs, mais Vee est toujours mariée. Elle n'a fait aucune promesse à Nick, c'est vrai, elle n'a même jamais parlé de divorce mais il continue d'espérer qu'elle reste. Pour lui, pour de vrai. Il est amoureux, il n'a pas besoin qu'on le lui rappelle mais est-ce bien de Vee qu'il est amoureux et non de l'idée qu'il se fait d'elle, à ses côtés ? Nick refuse d'y penser. Au fond, il sait que leur histoire n'a pas vraiment d'avenir. Pas parce qu'elle est bien plus âgée que lui, pas parce qu'ils bossent dans la même boîte, même pas parce qu'elle est mariée, non. Ils ne sont pas honnêtes l'un envers l'autre, ils n'ont pas les mêmes envies, ils n'ont pas les mêmes attentes. Ils se sont trouvés mais ils ont raté le bon moment, il le sait. Il en parlera un jour peut-être, écrira sur elle. Peut-être un jour. Pour l'heure, Nick préfère le déni, il préfère penser qu'il y a de l'espoir. (09) ELEGANCE, THAT INTERNSHIP TURNED FULL TIME JOB DADDY GOT HIM Travailler chez Elegance n'était pas vraiment dans ses plans, à la sortie de l'université, mais après plus d'une année à se laisser entretenir par un père désireux de se faire pardonner ses erreurs, Nick a décidé de se prendre en mains. Il a essayé de jouer de son nom, de sortir la carte fils de mais à New York, sa républicaine de mère, pro guns, pro life n'a pas spécialement bonne réputation. Il a fini par demander l'aide de son père, qui a su habilement lui décrocher un stage chez Elegance. Un contrat à temps plein lui a été proposé, après six mois de stage. Cette expérience a confirmé ce qu'il avait découvert au lycée et exploité à l'université, en travaillant pour les journaux de ses différents établissements scolaires. Toutefois Elegance n'a rien d'un journal d'étudiants et c'est aussi ce qui plaît à Nick. Il sait qu'il se lève chaque matin pour être débordé de coups de fil, de commandes de cafés, de oh please Nick, just go collect that dress on the other side of the city susurré avec de grands yeux tendres, mais il est ravi. D'une nature très active, Nick a besoin de stimulation et Elegance ? C'est la meilleure solution qui soit, jusqu'à présent du moins. Il n'y passera probablement pas sa vie toute entière  parce qu'il espère écrire un jour et être payé pour ça, mais pour le moment, il y est très heureux. (10) THE FIRST CHAPTER WHERE YOU DECIDE TO STAY Une question l'a longtemps obsédé : pourquoi son père n'a-t-il pas choisi d'être heureux et de quitter sa mère ? Ce n'est que très récemment que Nick a compris, parce que le principal intéressé lui a expliqué. Très tendre, très touchant, si sincère. I love you, you and all your siblings, I love you so much. C'est pour Nick, pour sa fratrie, qu'il est resté. Qu'il a subi, durant des années, les réflexions acerbes et les remarques puant la haine d'une large partie des siens. C'est aussi ce qui a poussé Nick à vouloir s'assumer seul, honteux de jouer sur le bon cœur de son père et sur sa culpabilité pour payer les factures. Ils ne se sont pas toujours compris, loin de là, et Nick a encore mille et un reproches à lui faire, mais ils sont sur la bonne voie.

PRÉNOM/PSEUDO— julia. ÂGE — 20. PAYS/REGION — france. AVATAR CHOISI — tyler posey. AVIS SUR LE FORUM — so prettyyy. PETIT PS — ♡

_________________

there's no better taste than someone else's laughter in your mouth


Dernière édition par Nick Halstead le Dim 8 Oct - 19:05, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nick Halstead

avatar

∘ new-yorker since : 03/10/2017
∘ talks : 22
∘ dollars : 256

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: not yet
∘ languages: fr/eng

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Mar 3 Oct - 23:09


( grateful for another day )
L'instant est fragile, éphémère, et Nick le sait. Il prétend être encore endormi, sa respiration toujours profonde et régulière. Il ne dort plus pourtant et là où certains profiteraient autant que possible de leur matinée en compagnie de leur moitié, lui préfère feindre le sommeil plutôt que de lui faire face. Vee le connaît cependant et l'une de ses mains ne tarde pas à courir sur son épaule, tentatrice, accusatrice. - I know you're awake, you little shit, murmure-t-elle contre sa peau et au contact de sa peau, Nick soupire. Parfois, il souhaiterait qu'ils soient deux étrangers l'un pour l'autre, qu'ils ne connaissent pas tant leurs habitudes mutuelles. - Sorry, I know waking up means you leave and I stay. Here, in the dark, just me and my lonely little self, qu'il souffle dans la semi-obscurité. Elle ne reste jamais. Parce qu'il y a son mari, parce qu'elle a un appartement, parce que I gotta work, dumbass. Pourtant, Nick, il lui ferait volontiers de la place, il pousserait les murs, jetterait ses colocataires dehors. Il lui construirait un bureau si vaste qu'elle pourrait s'y perdre. Quelque chose lui dit que même ça, ce ne serait pas suffisant pour retenir Vee. Parce que Vee n'est pas sensée rester. - It's ok. That's cute. You're very cute, Nicholas... Son nom sonne de manière presque acceptable dans sa bouche et Nick sourit bêtement tandis qu'elle se penche, les plis de l'oreiller imprimés sur la joue, les cheveux en bataille. Ces instants-là, si domestiques, sont fugaces, si rares que Nick se concentre généralement sur ce qui pourrait les chasser, à défaut de pouvoir pleinement apprécier un moment d'intimité. Et ce matin, comme la plupart des matins, il sait que l'un ou l'autre de ses colocataires va finir par être bruyant, hurler quelque chose d'idiot ou taper contre les murs par grandeur d'âme à l'égard des éventuelles victimes de panne de réveil. Il le sait, c'est un fait, et comme si il vivait avec des télépathes, un grand coup est cogné contre sa porte, arrachant un sursaut à Vee qui grogne. - And you're so young, god. You know people don't live forever with their roommates, right? I mean, c'mon, waking up to this until you're forty or even older, man, no! Elle attrape son jean et, Nick le sait, elle en fait trop, elle éclate de rire, elle lève les yeux au ciel, elle traverse la chambre de bout en bout en bavardant trop fort, en souriant trop largement. Il ne répond rien, il ne l'interrompt pas, il ne lui fait pas remarquer que bon nombre de gens vivent en colocation très tard, qu'elle a probablement des amis de son âge à elle qui vivent ainsi, que ça n'a rien d'étrange. Il ne lui parle pas finance, ni loyer, ni immobilier, parce qu'il sait qu'elle ne voudrait pas entendre tout ça. Et Nick vit pour rendre Vee heureuse, même si ce n'est que pour quelques heures chaque semaine. Elle attrape son menton, une fois habillée, et il sourit, conscient de ce qui va suivre. De ce qui suit à chaque fois, même si d'ordinaire, il fait encore nuit, que ses colocs dorment ou ne sont pas encore rentrés, et qu'il n'a pas eu le plaisir de passer toute la nuit avec elle. C'est différent, ce matin, mais pas tant que ça, en fait. - Gotta go babe. Don't forget me when you go on your coffee run, ok? Vee écrase ses lèvres, comme pour l'empêcher de répondre, et Nick est heureux de lui sourire sans rien dire. Un jour, peut-être qu'il regrettera tout ça, les baisers volés, les parties de jambes en l'air discrètes, les cafés dont il connaît les ingrédients par cœur. Being someone dirty little secret. C'est toujours trop court, intense, oui, mais trop court. Vee, dans toute sa splendeur, et Nick qui se complaît à vouloir la rendre heureuse. Ce n'est pas son job pourtant, elle a un mari pour ça. Un mari avec un boulot, un vrai, qui ne vit pas au crochet de son paternel et ne passe pas ses week-ends à garder ses neveux et nièces pour payer ses tatouages. Un type convenable, responsable, un type bien. Enfin, pas assez pour garder sa femme mais un type bien malgré tout. Tout ce que n'est pas Nick, apparemment.

_________________

there's no better taste than someone else's laughter in your mouth


Dernière édition par Nick Halstead le Dim 8 Oct - 19:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Hawkins
— hope you're somewhere praying.
avatar

∘ new-yorker since : 22/09/2017
∘ talks : 783
∘ dollars : 1081

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: dispo, 3/∞.
∘ languages: fr, fr/en.

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Mar 3 Oct - 23:18

tyler quoi
bienvenue ici, ce personnage promet

_________________
we watched the sun go down as we were walking. i'd spend the rest of my life just standing here talking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nick Halstead

avatar

∘ new-yorker since : 03/10/2017
∘ talks : 22
∘ dollars : 256

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: not yet
∘ languages: fr/eng

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Mar 3 Oct - 23:27

soz but cole quoi

merci, merci, je vais essayer d'être à la hauteur

_________________

there's no better taste than someone else's laughter in your mouth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cal Bergsson
— not throwing away my shot.
avatar

∘ new-yorker since : 28/09/2017
∘ talks : 48
∘ dollars : 290

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: free (★☆☆).
∘ languages: français.

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Mar 3 Oct - 23:43

Posey et ce pseudo, j'aime.
Bienvenue parmi nous.

_________________

you knock me out, i fall apart, and
i thought i was so smart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halie Stein

avatar

∘ new-yorker since : 22/09/2017
∘ talks : 160
∘ dollars : 446

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: tc, paige, dael (1/4)
∘ languages: fr/eng

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Mer 4 Oct - 0:00

@Cal Bergsson a écrit:
Posey et ce pseudo, j'aime.
Bienvenue parmi nous.

la même I love you
bienvenue ici et bon courage pour ta fiche

_________________

helpless
CALIE ☽ never been the type to try and grab the spotlight. we were at a revel with some rebels on a hot night (...) then you walked in and my heart went boom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperplanes.forumactif.com/t191-hit-me-with-your-best-sho
Isaac Sparks

avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 1016
∘ dollars : 1471

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: (free) cessi, daphne, sparks, aaron, ruby.
∘ languages: fr - fr/eng

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Mer 4 Oct - 13:20

tyler, quel bon choix
bienvenue parmi nous

_________________


≈ i was praying that you and me might end up together. it's like wishing for rain as i stand in the desert. but i'm holding you closer than most... 'cause you are my heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Mer 4 Oct - 19:58

TYLER CHOU.
bienvenue à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Nick Halstead

avatar

∘ new-yorker since : 03/10/2017
∘ talks : 22
∘ dollars : 256

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: not yet
∘ languages: fr/eng

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Mer 4 Oct - 21:25

wow, vous êtes beaux vous autres

merci bien

_________________

there's no better taste than someone else's laughter in your mouth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Maxwell

avatar

∘ new-yorker since : 23/09/2017
∘ talks : 402
∘ dollars : 717

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: open (3/7) (tc + halie + julia) + soon (noah ; cessi)
∘ languages: fr ; en/fr ; en

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Jeu 5 Oct - 11:10

tyler
bienvenue parmi nous

_________________

if people were rain, she was a hurricane ✻ her whole life they have thought her a failure, yet at the first hint of hope, they move to follow her, as if it is what they wanted all along. perhaps it was.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trouble-hellfire.tumblr.com/
Cessi Palmer
HOW DEEP IS YOUR LOVE
avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 646
∘ dollars : 1028

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: (●●●●◌) isaac, serri, bebe, paige
∘ languages: [fr+en]

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Jeu 5 Oct - 23:44

@Cal Bergsson a écrit:
Posey et ce pseudo, j'aime.

pire.
j'adoooore ce que tu es en train de faire du gamin, le coup de la basic white girl m'a achevée. (ta fiche est drôle franchement) puis les longues anecdotes m'intriguent follement. j'ai hâte d'en lire encore plus.
bienvenue à toi en tout cas.

_________________

you'll be mine and i'll be yours, all i know since yesterday is everything has changed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harper Evans
✰ don't be afraid to catch feels.
avatar

∘ new-yorker since : 20/09/2017
∘ talks : 186
∘ dollars : 511

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: free
∘ languages: fr/en

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Sam 7 Oct - 12:39

je suis amoureuse de ce début de fiche, bienvenue parmi nous

_________________

I got a feeling in my bones, can't get you out of my veins, you can't escape my affection, wrap you up in my daisy chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nick Halstead

avatar

∘ new-yorker since : 03/10/2017
∘ talks : 22
∘ dollars : 256

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: not yet
∘ languages: fr/eng

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Dim 8 Oct - 12:14

merci beaucoup, c'est si gentil

_________________

there's no better taste than someone else's laughter in your mouth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinda Sparks

avatar

∘ new-yorker since : 15/08/2017
∘ talks : 824
∘ dollars : 903

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: ▪ FREE (ryke, cessi, tc [soon], daphne [soon], sparks)
∘ languages: fr, fr/anglais

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Dim 8 Oct - 15:16

TYLER. TW FEELS. FJUGHR Bienvenuuuuuuuuue et j'adore le psedo J'ai hâte d'en lire plus sur Nick N'hésite pas si tu as une question

_________________


i'm sitting eyes wide open and i got one thing stuck in my mind, wondering if i dodged a bullet or just lost the love of my life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nick Halstead

avatar

∘ new-yorker since : 03/10/2017
∘ talks : 22
∘ dollars : 256

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: not yet
∘ languages: fr/eng

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Dim 8 Oct - 15:29

rah me parle pas de tw, je suis pas remise ok, il m'en fallait plus, IL M'EN FALLAIT BIEN PLUS    

et holland est hot af  

merci bien ! je devrais avoir terminé ma fiche aujourd'hui mais au cas où, vous autorisez les délais, si besoin ?  

_________________

there's no better taste than someone else's laughter in your mouth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinda Sparks

avatar

∘ new-yorker since : 15/08/2017
∘ talks : 824
∘ dollars : 903

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: ▪ FREE (ryke, cessi, tc [soon], daphne [soon], sparks)
∘ languages: fr, fr/anglais

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Dim 8 Oct - 15:31

ON EST DANS LA MÊME SITUATION
Tyler too hein, j'ai trop hâte de le voir dans JTV
Yup, on autorise cinq jours en plus si besoin

_________________


i'm sitting eyes wide open and i got one thing stuck in my mind, wondering if i dodged a bullet or just lost the love of my life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hendrix Rhodes

avatar

∘ new-yorker since : 22/09/2017
∘ talks : 284
∘ dollars : 643

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: free.
∘ languages: français.

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Dim 8 Oct - 15:41

bienvenue ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connie Logan

avatar

∘ new-yorker since : 26/09/2017
∘ talks : 117
∘ dollars : 377

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: on (gaby, daël).
∘ languages: frenglish.

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Dim 8 Oct - 16:19

bienvenue parmi nous.

_________________

People keep talking but I can't hear a word they say life just keeps moving the world gets stranger every day.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nick Halstead

avatar

∘ new-yorker since : 03/10/2017
∘ talks : 22
∘ dollars : 256

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: not yet
∘ languages: fr/eng

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Dim 8 Oct - 19:47

merci beaucoup I love you

le délai ne sera pas nécessaire finalement, j'ai terminé

_________________

there's no better taste than someone else's laughter in your mouth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wes Samuels

avatar

∘ new-yorker since : 02/10/2017
∘ talks : 38
∘ dollars : 214

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility:
∘ languages: fr/en

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Dim 8 Oct - 20:53

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinda Sparks

avatar

∘ new-yorker since : 15/08/2017
∘ talks : 824
∘ dollars : 903

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility: ▪ FREE (ryke, cessi, tc [soon], daphne [soon], sparks)
∘ languages: fr, fr/anglais

MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    Lun 9 Oct - 20:01

J'adore Nick, ta fiche m'a bien fait rire Puis j'ai hâte de voir l'histoire avec Vee I love you
Bon jeu parmi nous

_________________


i'm sitting eyes wide open and i got one thing stuck in my mind, wondering if i dodged a bullet or just lost the love of my life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - daisies perched upon your forehead    

Revenir en haut Aller en bas
 
- daisies perched upon your forehead
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ BE THE BOLD TYPE :: ii □ second step :: tell me what you see :: the person behind the clothes-
Sauter vers: