AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 haunting me (frances)

Aller en bas 
AuteurMessage
Bran Roscoe

avatar

∘ new-yorker since : 23/09/2017
∘ talks : 32
∘ dollars : 477

∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘
∘ relationship:
∘ disponibility:
∘ languages:

MessageSujet: haunting me (frances)   Lun 16 Oct - 19:05

Il avait reconnu la naissance de sa nuque, le vague souvenir de son parfum, la douceur qui émanait de sa présence dans une pièce. Merde. Jamais Bran n'aurait imaginé la trouver ici. C'était une visite impromptue, ses vieux amis lui ayant annoncé il y a quelques mois qu'ils attendaient un bébé, l'homme avait jugé bon de leur faire un petit cadeau maison ; un berceau pour la future terreur du Queens. Frances, bien sûr, les connaissait aussi. Bran lui avait présenté Peter, son ami d'enfance, et sa femme Teresa alors même que son couple ne datait pas d'un mois. Mais il avait eu envie de la faire rentrer dans son monde, sans concession. C'est comme ça qu'il l'avait aimé, le Roscoe. Sans barrières, sans fioritures. Et elle n'avait pas le droit d'être là. Ce côté gamin qui ressortait parfois de lui mourrait d'envie de lui crier que ces gens étaient ses amis, pas les siens, qu'elle n'avait rien à faire là. Mais ses yeux avec rencontrés ceux de la brune et il n'avait rien dit. La voir lui faisait mal, et il serrait les dents. Un mouvement de tête en guise de bonjour, il avait envie de faire marche arrière. De choisir un autre jour pour venir fêter le bonheur futur. Il n'avait pas envie de la voir, toujours plus belle qu'avant. Il n'avait pas envie d'avoir à lui parler pour ne rien lui dire ; parce qu'il ne restait rien à dire. Frances l'avait quitté, et ils n'étaient plus que deux étrangers. « Tu tombes bien, c'est baby shower ce soir, on me met à la porte ; qu'est-ce que t'en dis, on vide ton camion et on file chez Josie's ? » proposition salvatrice. Un hochement de tête, les deux hommes croisèrent quelques jeunes femmes arrivant les bras chargés de paquets entre la porte d'entrée et l'allée de la maison. Voilà qui ferrait tampon. Il n'aurait pas à lui parler. Ne voulait pas, lui parler. La chambre du futur petit garçon était dans le cliché du bleu du plancher au plafond, son berceau de bois blanc se mêlait parfaitement au reste. Il ne restait plus qu'à l'assembler. « Prends ça, je vais chercher mes outils. » une bière tendue en sa direction que Bran accepta sans se faire prier. « Je vais m'en griller une, l'temps que tu mettes la main sur ta mallette poussiéreuse ! » oui, il pouvait se moquer. Peter n'avait jamais été du genre manuel ; la preuve, aujourd'hui, il était comptable. L’ébéniste passa rapidement la porte d'entrée pour retrouver la rue, et sortit son paquet de cigarettes alors qu'au loin, la symphonie des klaxons s'en donnait à cœur joie. Il ne l'avait pas revue, pas depuis son arrivée. Et pourtant. Bataille intérieur, il se demandait où elle était, ce qu'elle faisait, si elle souriait ; si elle le cherchait, un peu, aussi. Il s'en serait frappé de s'en soucier autant que ça. Ne pouvait pas tomber aussi bat. Bientôt, il finirait d'installer ce maudit berceau et tournerait la page sur cette journée ; et sur elle. En attendant, le briquet s'approchait de la cigarette, encore intact.

_________________

Cause though i may fall down with the sun, you better know that i'm not done,  cause i'll rise up with the morning light. Just because i fall, it don't mean i've lost it all.  It's all apart of the pendulum swing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
haunting me (frances)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» the haunting past. - Huck

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ BE THE BOLD TYPE :: iii □ new york, usa. :: queens :: murray hill-
Sauter vers: